Accueil Actualités et agenda La Basilique > A - Ignace de Loyola et Aïd el-Kébir

A - Ignace de Loyola et Aïd el-Kébir

Contenu de la page : A - Ignace de Loyola et Aïd el-Kébir

Catholiques et Musulmans en fête

La providence du calendrier rassemble les croyants dans l’hommage à Dieu.
Au moment où les Catholiques célèbrent le fondateur de la Compagnie de Jésus, Ignace de Loyola, les Musulmans se rassemblent pour vivre le sacrifice d’Abraham, le Père des Croyants. Un mouton est substitué à un jeune garçon qui a ainsi la vie sauve.

L’Aïd el-Kébir, le grand jour, est la plus célèbre fête de la religion musulmane. Pour les croyants de l’islam, il s’agit de rendre hommage à la soumission à Dieu d’Abraham, lorsqu’il a, selon le récit de la Bible (Genèse 22,1-19) et du Coran, accepté de sacrifier son fils, avant que ne s’y substitue de justesse un mouton. Aujourd’hui, la célébration mêle une grande prière et des sacrifices traditionnels de moutons qui ont lieu dans le monde entier, donnant lieu à un repas de partage avec les proches et des personnes dans le besoin.

Ignace de Loyola naît au Pays Basque Espagnol en 1491, il meurt le 31 juillet 1556 à Rome. Au cours du siège de Pampelune qui oppose Français et Espagnols, il est gravement blessé le 20 mai 1521. Cette blessure va changer l’orientation de sa vie.

Convalescent, la lecture d’une vie du Christ et des saints lui inspire un vrai dégoût de sa vie passée et le fait rêver à de grands exploits, à l’exemple de saint Dominique ou saint François.

Projetant d’aller à Rome et Jérusalem, Ignace pèlerin, mendiant et pénitent fait étape en 1522, à Manresa, petite ville à l’écart de Barcelone, proche de l’abbaye de Montserrat. Il y restera une année durant laquelle Dieu va purifier son zèle et le gratifier d’illuminations décisives. C’est là qu’il rédigera l’essentiel du livret des Exercices spirituels.

Le voilà sur les bancs de l’université en Espagne puis à Paris. II a 37 ans quand, en 1528, il arrive au "quartier latin". II fréquente le collège de Montaigu puis le collège Sainte-Barbe. Les futurs saint François-Xavier et saint Pierre Favre sont ses condisciples. D’autres les rejoignent.

Le 15 août 1534, dans une chapelle de Montmartre, ils sont 7 à prononcer les vœux de chasteté, de pauvreté après leurs études et s’engagent à partir à Jérusalem en pèlerinage ou, si c’est impossible, à se mettre à la disposition du pape.

Nos 7 compagnons seront finalement bloqués à Venise et ne pourront aller à Jérusalem. Ils se font ordonner prêtres et gagnent Rome en 1538. Sollicités par le Pape, risquant d’être dispersés, ces quelques "prêtres réformés" (10 à présent) décident de rester unis et de se lier par l’obéissance à l’un d’entre eux. Ils délibèrent sur la règle qui les unira et la soumettent au Pape Paul III, qui l’approuve en 1540. C’est la naissance de « la Compagnie de Jésus », nom de ce nouvel ordre religieux.

Ignace de Loyola est élu supérieur général en 1541. Il le restera quinze ans, jusqu’à son décès, le 31 juillet 1556.

A sa mort, l’ordre s’étend déjà sur 12 "provinces", compte 72 communautés, 79 maisons et collèges, et un millier de membres. Saint Ignace de Loyola sera canonisé le 12 mars 1622 en même temps que saint François-Xavier et sainte Thérèse d’Avila. Son corps repose aujourd’hui à Rome dans l’église du Gesù.

Jean-Marie Maestraggi.

Haut de page


Liens pratiques

1

Basilique Notre-Dame de la Garde