Accueil Année 2020 Temps de Pâques 2020 - 01 > Il y a quelqu’un à qui nous réservons un nom unique.

Il y a quelqu’un à qui nous réservons un nom unique.

Contenu de la page : Il y a quelqu’un à qui nous réservons un nom unique.

Lundi du temps de Pâques 20 avril 2020

Il y a quelqu’un à qui nous réservons un mot unique pour parler de Lui :
ce mot, c’est Dieu …

Mot unique pour parler de l’Unique.

Pour nous, il nous est « soufflé » ; il monte à nos lèvres et nous plonge dans le silence, on l’écoute, il ne vient pas de nous, il vient du seul qui sait ce que disent vraiment ces quelques lettres …

« Dieu, … tu es « mon Dieu »…

Que dire de plus ? Silence, tout est dit.

Tout est dit ? Oui, si c’était nous qui avions les mots pour dire cette « présence ».

Mais il y a quelqu’un pour qui le mystère de ce mot s’est ouvert.

C’était en sortant du fleuve le Jourdain, après avoir reçu le baptême qu’y donnait Jean-Baptiste, un baptême dont Jean disait lui-même qu’il était seulement la porte qui s’ouvre sur ce qui n’est pas à la portée de l’homme : même de l’homme qu’il était, qui avait tout accueilli de ce que Dieu donnait à celui qui « marchait en sa présence. »

Ce quelqu’un pour qui le mystère s’est ouvert, c’est Jésus :

l’Evangéliste Marc écrit : « à ses yeux, le ciel s’est déchiré, l’Esprit, comme une colombe, est descendu sur Lui ; et des cieux vint une voix : « tu es mon Fils bien-aimé, tu as toute ma faveur. »

Les célébrations de Pâques, le Baptême que nous avons reçu, font de nous ceux que Jésus introduit dans le mystère de son lien unique avec Dieu.

Et il nous le souffle par son Esprit : quand tu dis « Dieu », en vérité tu dis « Père, Notre Père. »

Au catéchisme un enfant des Aygalades nous avait dit : « quand je prie, je ne dis pas : ’’mon Dieu’’, je dis : ’’Notre Père’’ …
et ça c’est pas moi qui l’ai trouvé, c’est Jésus … alors, quand je dis ’’Notre Père’’, .. on se comprend avec Jésus, …. avec Dieu … et ça, c’est l’Esprit ».

Philippe Guérin

Haut de page