Le partage.

Contenu de la page : Le partage.

Vendredi du temps de Pâques 24 avril 2020

« Le partage » (Jean VI, 1 à 15)

zoomJPEG - 293.4 ko
Restaurant Notre-Dame de la Garde

En Jésus, Dieu « comprend » la faim des hommes.
Dans ce miracle, il y a quatre personnes, deux miracles et un appel, au partage et à la Foi.
Il y a Jésus qui veut donner à manger à la foule qui l’a suivi.
Il y a Philippe, que Jésus met à l’épreuve ; Philippe-le-réaliste, qui ne voit pas comment donner à manger à tant de monde et baisse les bras.
Il y a un jeune garçon qui accepte de donner son casse-croute, ignorant sans doute, la dimension de son geste de donner le peu qu’il possède.
Il y a la foule qui a faim, se met à la table de Jésus, pour manger le pain partagé
Il y a, de nouveau, Jésus qui multiplie le « peu » qu’a donné le jeune garçon.

Il y a le miracle physique : comment Jésus multiplie cinq pains et deux poissons, donne à manger en abondance à cinq mille personnes, et il en reste douze paniers.
Il y a le miracle du partage : comment ce jeune garçon accepte de donner ce qu’il a pour manger à ceux qui n’ont rien apporté et comment Philippe distribue le pain que Jésus vient de multiplier.

Le miracle de la foi habite tous ceux qui ne baissent pas les bras, comme Philippe au début, devant l’immense décalage entre l’immensité de la faim des hommes et la ridicule petitesse de nos moyens.
Le miracle de la foi habite tous ceux qui se « lèvent » pour partager le peu qu’ils ont avec ceux qui n’ont rien en disant : « Je ne peux pas te laisser comme çà sans rien faire pour toi. J’arrive ! »

Jean-Michel Passenal

Haut de page